La méthode Biorock, une méthode innovante développée par l'Alliance Mondiale pour les Récifs Coralliens, permet aux récifs coralliens cultivés dans la station balnéaire d'être relâchés dans le milieu naturel après seulement deux ans au lieu de 15.

PARTAGER

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email
DCIM100GOPROG0011059.JPG

Scientifique engagé dans la préservation de l'environnement, Denis Schneider a mis en œuvre la technologie Biorock à Bora Bora.

Avec des maîtrises de biochimie et d'océanographie en poche, Denis Schneider s'engage dans la marine française comme scientifique chargé de la surveillance des installations nucléaires. Quelques années plus tard, après avoir été doctorant en tant que jeune officier, il quitte la marine pour devenir moniteur de plongée et voyager. Il arrive à Bora Bora en 1993. Il est alors sollicité par des écoles pour animer des activités périscolaires sur l'environnement marin. Face aux dégâts environnementaux propres à la Polynésie, il décide de se former à la restauration des coraux pour améliorer la condition des animaux marins.

A partir de 1999, Denis a commencé à collaborer avec plusieurs hôtels à Bora Bora, Tahaa et Moorea pour introduire des récifs coralliens au sein des stations.

Sa mission est simple : faire des boutures de corail pour recréer des récifs coralliens. Alors que sa marque Tahiti Bioroche est responsable du processus d'installation, la société Espace Bleu qu'il a créée en 2000 assure l'entretien des récifs coralliens.
Denis a d'abord utilisé la méthode du récif en béton, qui consiste à fixer des boutures de corail sur du béton. Cependant, cette méthode n'aide pas le corail à résister au stress et nécessite d'attendre 15 ans pour avoir un résultat probant. Denis a donc décidé, en 2007, de commencer à utiliser la méthode Biorock, une méthode innovante développée par la Global Coral Reef Alliance, une organisation dédiée à la recherche scientifique et à la gestion durable de l'écosystème. Les coraux sont fixés sur des structures métalliques chargées par un courant électrique basse tension grâce à une connexion à des panneaux solaires. Cette méthode, utilisée aujourd'hui à l'InterContinental Bora Bora Le Moana Resort, permet aux récifs coralliens d'être relâchés dans le milieu naturel après seulement deux ans !

_DSC9629

- Des structures en forme de cœur et d'étoile accueillent les boutures de récifs coralliens.

20210721_0848071500px

- Des panneaux solaires alimentent les structures en courant électrique basse tension.

L'InterContinental Bora Bora Le Moana Resort est l'un des premiers partenaires de Tahiti Bioroche. En 2002, Bora Bora a fait face à un phénomène de marée rouge (prolifération très rapide de micro-organismes toxiques) qui a entraîné la perte de 18km de récif corallien, ainsi que de nombreux poissons et autres animaux marins. Le Moana, situé à côté de l'endroit impacté par la marée rouge, a fait appel à Denis pour produire des boutures et recréer les fonds coralliens disparus.
L'hôtel dispose désormais de récifs biorock qui sont produits par 10 à la fois et connectés à des panneaux solaires pendant deux ans avant d'être relâchés dans le milieu naturel. Dix unités récifales d'un mètre de diamètre et de 60 centimètres de haut équivalent à un récif corallien.
Le resort participe ainsi à une action environnementale durable et fait profiter ses hôtes de magnifiques jardins coralliens, en forme de cœur et d'étoile de mer, qui abritent un grand nombre de poissons, de concombres de mer, de palourdes géantes, etc.

DCIM100GOPROGOPR1030.JPG

- Des boutures de corail pour recréer des récifs coralliens. 

PARTAGER

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email

PLUS D'HISTOIRES